Comment simuler un investissement locatif ?

Grâce à la simulation d’un investissement locatif, l’investisseur a une idée des dépenses qui seront à sa charge et des revenus que pourrait générer son investissement. Elle constitue également un élément permettant de garantir la pertinence de tout projet immobilier auprès des organismes de financement. Comment peut-on arriver à bien simuler un investissement locatif ? Découvrez cela dans cet article.

Estimer les revenus

Avant de commencer un nouvel investissement, il faut procéder à une évaluation des revenus que celui-ci peut rapporter. Les montants estimés sont utiles pour évaluer la capacité d’emprunt ou la rentabilité. Pour simuler un investissement immobilier, deux types de revenus sont à prendre en considération.

A lire en complément : Portage salarial en tant que mandataire immobilier : comment faire ?

Il s’agit notamment des revenus professionnels et de ceux perçus en mettant en location le bien immobilier. Pour arriver à faire la simulation, il faut déterminer le montant exact de chacun des revenus. Cela est important, car vous en tiendrez compte dans les calculs.

Estimer les charges

A découvrir également : Où investir au bord de la mer ?

À l’instar des revenus, les charges sont également des éléments à prendre en compte lors d’une simulation. Il en existe de plusieurs catégories. Il s’agit notamment des dépenses relatives aux travaux qui seraient envisagés après l’achat. Vous avez également les frais relatifs à l’assurance et les honoraires de la gestion du bien immobilier.

L’estimation de toutes ces charges est indispensable pour une bonne simulation de l’investissement locatif. Il faut noter que certaines charges sont stables. Ce qui fait que leur estimation dans le cadre de la simulation n’affecte pas trop les calculs. Par contre, l’estimation d’autres charges affecte les calculs en raison de la variation de ces dernières.

Il faudra donc considérer les variations des charges pour éviter toute erreur d’appréciation. Par ailleurs, il est essentiel de prévoir un montant pour les charges imprévues.

Considérer les facteurs fiscaux

Lorsqu’on fait la simulation, il faut tenir également compte des facteurs relatifs à la fiscalité. Il s’agit des mesures de défiscalisation et de l’impôt sur le revenu. En effet, pour simuler les revenus mensuels, il faut prendre en considération la manière dont l’investissement est financé. Par exemple, lorsqu’un investisseur finance entièrement un projet, les revenus qu’il perçoit sont soumis à l’impôt sur le revenu.

Cela veut dire que l’impôt est fonction des revenus de l’investisseur. Heureusement, des dispositions de défiscalisation sont prévues pour alléger les charges fiscales des investisseurs. Pour bénéficier de cette réduction fiscale, il faut remplir certaines conditions et avoir son bien immobilier dans une zone éligible aux dites aides.

Considérer les flux de trésorerie

La simulation devra tenir compte de la trésorerie, que ce soit avant ou au cours de l’investissement. En effet, votre capacité à financer dépend de vos économies en tant qu’investisseur et de vos recettes. Par ailleurs, toute banque auprès de laquelle vous demanderez un prêt, en tiendra également compte pour évaluer votre capacité d’emprunt.