fbpx
Etude Qualitel 2020

Les Français manquent d'espace dans leur logement

On aime être à l’aise chez soi. Mais on n’en avait pas toujours conscience. Le confinement a montré que l’espace était devenu un critère très important. L’étude publiée en octobre par l’organisme Qualitel (https://www.qualitel.org/barometre-qualitel-2020/) a révélé que le besoin de mètres carrés est devenu un argument très important en 2020. Le Français veut un logement de qualité et bien aménagé.

 



Rester chez soi et se rendre compte des défauts de son habitation



Le confinement a mis le doigt sur les faiblesses de son logement de manière importante. Jusque-là, notre maison ou notre appartement nous semblait suffisant. On en partait le matin pour n'y rentrer que le soir. Les week-ends, on sortait bien souvent pour les courses et les activités diverses en extérieur.

Mais le coup d’arrêt dû à la crise sanitaire a eu un impact majeur sur sa façon de voir son logement. On a dû aménager son intérieur pour y vivre en famille 24h/24. Loisir, travail, vie de famille, repos… tout cela ne se faisait plus qu’en un seul lieu : la maison. Les familles ont vite constaté que l’espace qu’elles pensaient amplement suffisant pour leur quotidien ne l’était en fait pas du tout. On a également réalisé qu’un extérieur, jardin ou balcon, devenait capital. On a encore constaté que les pièces étaient trop petites pour s’y réfugier et s’y accorder un peu de temps seul.

 

Une constatation généralisée



Naturellement, ce constat a d’abord été révélé en interrogeant les habitants des villes importantes. Paris et la région parisienne mais aussi les autres grandes métropoles ont connu un besoin important de m². Et cela, pas simplement pour plus de confort. Les familles, les couples, les télétravailleurs se sont rapidement senti à l’étroit chez eux.

Les enfants qui courent partout. Le conjoint qui reste assis de longues heures sur le canapé devant la TV. Le manque de place pour faire ses activités sportives. Tout a pris une place différente. Il a fallu s’inventer une nouvelle vie tout en conservant l’espace dont on disposait au préalable. Et cela n’a pas toujours été simple.

On a d’abord recherché à s’isoler des autres habitants. Et naturellement pour cela, la place a vite manqué. Les personnes ont rapidement été à l’étroit.

Les jeunes familles ont été les premières victimes à faire cette constatation. Ils se sont retrouvés « coincés », trop souvent à l’étroit.

 

Voir aussi : l'impact du confinement sur le marché immobilier rennais
 

Un manque de place flagrant



L’étude a ainsi montré que l’espace nécessaire était insuffisant selon les Français. Les personnes d’une tranche d’âge située entre 34 et 44 ans auraient besoin de 20 m² supplémentaires pour atteindre une surface idéale de 110 m². La surface moyenne par personne pour cette tranche d’âge est de 37m². On a également pu noter que quatre familles sur dix ne disposaient pas d’une chambre par enfant. Autre remarque, les personnes ayant le plus souffert de cet enfermement habitaient en appartement. Plus de la moitié d’entre elles désirerait résider dans une maison.

Une pièce en particulier a posé problème aux confinés : la cuisine. Préparer à manger a été une des occupations majeures durant cette période. Et naturellement, on a passé beaucoup plus de temps dans sa cuisine. Mais celle-ci a vite montré ses limites. Outre des équipements insuffisants, le rangement pose problème et naturellement l’espace disponible pour installer des placards. La cuisine étant petite, on ne peut pas y intégrer les différents bacs de tri ou un lave-vaisselle, équipements très utiles pour respecter les gestes en faveur de l’environnement.

Le télétravail a aussi demandé des espaces supplémentaires. Il a fallu aménager un lieu où travailler, de préférence loin du bruit et des autres. Ce qui n’a naturellement pas été toujours possible.

 

Réaménager pour être mieux



Le manque de surface n’a pas été le seul problème que les confinés ont rencontré. On s’est vite rendu compte que son logement, que l’on pensait jusque-là bien pensé ne l’était pas du tout. La pièce à vivre a pris une importance majeure et beaucoup n’ont pas hésité à la repenser voire à casser des cloisons pour l’agrandir. Les espaces ouverts séduisent de plus en plus.

On a aussi misé sur les rangements. Et naturellement les espaces extérieurs. Ceux-ci sont devenus indispensables lorsqu’il était impossible de sortir. Beaucoup ont redécouvert leur balcon. Toutefois de nombreux appartements ne disposent pas de cet espace « de liberté ». Ce qui explique le regain d’intérêt pour les maisons à la campagne qui ont été une forte recherche des habitants de l’Ile-de-France juste après de le déconfinement.

 

Une habitation pour la vie ?



Même si les plus de 65 ans disposent en général de plus grands espaces pour vivre que leurs cadets, le confinement a aussi eu un impact sur leur façon de voir leur logement. Plus de 67% souhaiteraient pouvoir rester là où ils sont mais près de 50% considèrent leur habitation comme non adaptée pour une personne âgée.

L’aménagement inadapté de la salle de bains ou la présence d’escaliers sont une contrainte majeure pour les seniors qui veulent rester chez eux.

Le fait de vivre en permanence entre ses quatre murs a mis en lumière les défauts de son habitat. On manque de place pour être bien, on manque d’extérieur, on manque d’espaces de rangement. Et cela est d’autant plus vrai que l’on habite dans une grande ville. Les foyers à revenus modestes sont également beaucoup plus touchés par ce problème. Il n’est donc pas étonnant qu’une fois le confinement terminé, les agences immobilières aient vu une recrudescence des demandes pour une maison en dehors des grandes villes et de leurs périphéries. On veut de l’espace et pour cela on s’éloigne.

Revue de presse de l'immobilier du 23 Septembre 2020

Votre chasseur immobilier Coupe-File vous propose sa revue de presse dédiée à l'immobilier, pour ne rien manquer de l'actualité immobilière. Aujourd'hui, l'immobilier semble repartir du bon pied après la crise sanitaire, les demandes des acheteurs sont toujours aussi importantes et notamment pour les biens avec jardin à la campagne - effet Covid oblige - et les taux restent faibles. Cependant, l'évolution prochaine de la situation économique est scrutée de près par les analystes.

 

Actualité immobilières



Capital

Le "Grand rendez-vous de l’immobilier" instauré par le magazine Capital observe l'état actuel du marché immobilier à travers ses invités. Concernant le marché de l'ancien, il semblerait que les acheteurs soient toujours aussi nombreux à rechercher un bien immobilier, même si quelques-uns ont été évincés par les conditions d'accès plus drastiques au crédit immobilier. Dans le neuf, ne nombreux projets prennent du retard, et certains analystes craignent une hausse des prix à venir.

Immobilier : comment évoluent les ventes et les prix en cette rentrée ?

En cette rentrée, le "Grand rendez-vous de l’immobilier" (Capital / Radio immo) prend le pouls du marché immobilier. Retrouvez ci-dessous un extrait de notre entretien avec le PDG de Kaufman

Lien


France 3

Habitant Paris ou les grandes villes, le Covid a été leur déclencheur pour un changement de vie. Ne souhaitant plus habiter dans un lieu peuplé et risqué sanitairement, ils ont déménagé en Bretagne et ne regrettent pas leur nouveau cadre de vie. Certains en avaient l'intention depuis longtemps et ont mis en route leur projet pendant le confinement, d'autres ont simplement remis en question leur mode de vie et leurs envies. Les maisons bretonnes ont la cote.

Covid-19 : ils ont tout quitté pour la Bretagne

Faire ses bagages en vitesse, quitter Paris, Nantes ou Rennes pour se mettre au vert à la campagne, au bord de la mer : pour ceux qui le peuvent, ce choix s'est imposé face à l'épidémie de coronavirus. Nous avons rencontré...

Lien


MySweet'Immo

Comment évolue le marché immobilier en septembre 2020 ? Les indicateurs restent bons pour le moment, même s'il est difficile d'anticiper la situation économique des mois à venir, qui pourrait voir de nombreux travailleurs perdre leur emploi. Pour le moment, les acheteurs sont toujours présents sur le marché, les taux d'intérêts toujours très bas. Décidé à passer le pas ? Voici 3 conseils pour bien acheter son bien immobilier.

Immobilier Post Déconfinement : Où en est le marché du logement en septembre 2020 ?

le Laboratoire Économique du Logement (LABEL) de la FNAIM propose une analyse complète de la conjoncture immobilière en cette rentrée 2020.

Lien


 

Investir dans l'immobilier



franceinfo

Anciennes chapelles ou usines, gares désaffectées, voire même prisons : certains acheteurs recherchent des biens immobiliers atypiques pour y exprimer leur créativité en matière d'aménagement intérieur, de rénovation. Marginal, ce marché représente tout de même jusqu'à 15% des transactions. Vous souhaitez vous aussi trouver un bien atypique ? Contactez votre chasseur immobilier, il vous dénichera le bien immobilier le plus insolite.

Immobilier : les biens insolites représentent un véritable marché

La France compte de nombreux biens insolites à vendre. Abbayes, usines, prisons... de nombreuses propriétés atypiques attirent la convoitise d'une clientèle exigeante.

Lien


Capital

Face à l'envolée des prix dans les grandes métropoles, certaines villes moyennes sont encore à moins de 1.500€ le mètre carré. L'intérêt ? La rentabilité locative ! Car si le prix d'achat est largement diminué comparé à d'autres villes, les loyers ne baissent parfois pas proportionnellement. Il est donc préférable économiquement parlant d'acheter à Sedan ou Blois plutôt qu'à Rennes, si l'on se base sur ces critères. Vous préférez malgré tout acheter dans une ville que vous connaissez ? Contactez votre chasseur immobilier à Rennes, il saura vous conseiller !

Immobilier : ces villes moyennes à moins de 1.500 euros le mètre carré

Loin des grandes métropoles, les prix du mètre carré des appartements anciens plafonnent souvent sous les 1.500 euros dans les villes moyennes. , 1.384 euros le mètre carré à Blois, 1.200 euros à Castres-Mazamet,...

Lien


 

Habiter Rennes



Ouest-France

Le quartier Baud Chardonnet à Rennes est en construction depuis plusieurs années maintenant, les premiers habitants ayant aménagé en 2017. La construction de l'école était donc très attendue. Après un retard dû au Covid, celle-ci devrait être opérationnelle pour la rentrée 2023, accueillant 300 élèves de maternelle et primaire. Vous recherchez un appartement dans le quartier Baud Chardonnet ? Contactez-nous !

Rennes. L’école de Baud-Chardonnet devrait ouvrir en septembre 2023

Le projet de cette future école qui sera située au cœur du quartier en construction de Baud-Chardonnet a été approuvé par le conseil municipal.

Lien


RTL

A Rennes, à chaque coup de vent, un immeuble de 17 étages récemment construit à Baud Chardonnet se met à siffler comme un train au freinage - les habitants n'en peuvent plus. La seule solution à ce bruit infernal: refaire entièrement les façades. Les propriétaires ont obtenus l'annulation de leur achat, mais le promoteur se pourvoit en cassation et leurs fonds sont donc bloqués pendant ce temps. Quant aux locataires, ils ne peuvent que déménager.

Rennes : un immeuble de 17 étages devient une tour infernale pour ses habitants

Deux couples ont décidé de porter plainte contre le promoteur immobilier de l'immeuble dans lequel ils vivent à Rennes. Construit en 2018, le bâtiment provoque un sifflement insupportable dès qu'il y a du vent.

Lien


Ouest-France

Plus de 3.000 personnes ont visiter les monuments historiques rennais, malgré le Covid cette édition est un succès. Le couvent des Jacobins a été le monument le plus visité, mais la salle de la Cité, l'hôtel de Blossac dans la rue du Chapitre ou l'Hôtel de Ville ont eux aussi fait le plein.

Journées du patrimoine : le Couvent des Jacobins en tête du box office des visites à Rennes

Pour cette 37e édition des Journées européennes du patrimoine, sur le thème de l’éducation cette année, 3 095 personnes ont suivi les visites commentées par Destination Rennes. Le Couvent des Jacobins se positionne en haut du classement.

Lien


Retrouvez ici chaque semaine l'essentiel de l'actualité sur l'immobilier, et suivez nous aussi pour une information continue sur nos pages Facebook, Twitter, Linkedin et sur notre blog

Revue de presse de l'immobilier du 5 octobre 2020

Cette semaine dans la revue de presse de votre chasseur immobilier Coupe-File nous revenons sur les dernières évolutions règlementaires, à savoir la prime à la rénovation dont nous pouvons maintenant mieux appréhender la portée, ainsi que sur la loi anti-squatteur qui devrait être promulguée avant la fin de l'année. À Rennes, l'actualité est marquée par la rentrée difficile des étudiants, qui doivent passer plus de temps sur les sites d'annonces immobilières que sur leurs manuels scolaires.